Réforme des retraites pour les avocats : comment sécuriser mon avenir ?

Longtemps noyée dans le flot d’informations liées à la crise sanitaire, la réforme des retraites avait su se faire oublier. Depuis quelques semaines, la voilà qui refait surface. Cauchemar des professions libérales, et notamment des avocats, elle figure parmi les projets de loi les plus décriés. En cause ? La création d’un système universel, supprimant ainsi les 42 régimes de retraite autonomes (avocats, cheminots, fonction publique…). Alors, passera – passera pas ? À ce stade, nul ne le sait. Quoi qu’il en soit, mieux vaut miser sur des solutions alternatives pour sécuriser son avenir

Avocat, préparez votre retraite sereinement

Réforme des retraites : que contient le projet ?

Que prévoit la réforme des retraites pour les avocats ? Projet de campagne d’Emmanuel Macron, dans sa version initiale, la réforme des retraites avait pour ambition de faire disparaître les 42 régimes de retraites spéciaux et autonomes (dont celui des avocats) pour ne créer qu’un seul régime égalitaire pour tous. L’ancien système ayant été jugé injuste, complexe et inadapté aux carrières actuelles impliquant de fréquents changements de statuts professionnels.

Mise de côté par la crise des Gilets Jaunes, puis sanitaire, la réforme des retraites revient finalement sur le devant de la scène. Que propose Emmanuel Macron pour la retraite ? Lors d’un déplacement début juin dans le Lot, le Président de la République a promis des décisions « difficiles », indiquant qu’à propos de cette réforme « rien n’est exclu ». 

Que contient le projet de réforme des retraites ? À ce stade, nul ne sait précisément. Mais quatre pistes sont à l’étude :

  1. Une hausse de l’âge légal de départ à la retraite : qui passerai de 62 à 64 ans,
  2. Un allongement de la durée de cotisations incitant les actifs à travailler plus longtemps,
  3. La suppression des régimes spéciaux qui bénéficient d’un départ plus tôt à la retraite et d’une pension brute moyenne plus élevée,
  4. La mise en œuvre d’une retraite minimale à 1000 euros.

Réforme des retraites : quelles incidences sur les avocats ?

Actuellement les avocats bénéficient d’un régime de retraite autonome géré par la Caisse Nationale des Barreaux Français (CNBF) qui leur garantit une retraite de base, calculée sur la durée de l’exercice, et une retraite complémentaire calculée sur le revenu.

Qu’implique la réforme des retraites pour les avocats ? Selon le Conseil National des Barreaux, le projet prévoit « l’absorption dans le régime universel du régime autonome des avocats, provoquant notamment un doublement des cotisations à 28% et la baisse des pensions ».

Concrètement cela signifie que la réforme des retraites pourrait avoir sur les avocats trois conséquences majeures :

  • une hausse des cotisations de la profession : de 14% à 28%
  • le passage d’une pension de retraite minimale de 1450 euros à 1000 euros
  • la fin des avantages liés au principe de solidarité professionnelle : prise en compte des congés maternité, périodes de chômage et invalidités des avocats aux plus faibles revenus.

Garantes des intérêts de la profession, les institutions représentatives des avocats (CNB et syndicats) sont donc très largement mobilisées contre ce projet de réforme. Mais quelles sont ses chances de passer à mesure que s’approche à grands pas la fin du quinquennat ? 

La situation est plus qu’incertaine. Seule certitude, l’avenir n’apportera pas de solution optimale garantissant à tous une retraite confortable. Par précaution, mieux vaut donc capitaliser sur d’autres solutions alternatives…

Anticiper la réforme des retraites : vite des solutions !

Comment s’assurer une retraite sereine dans ce climat incertain ? Outre les investissements boursiers ou immobiliers, il existe des solutions faciles d’accès pour préparer sa retraite durant sa vie active… Suivez le guide !

PER Individuel : l’épargne retraite accessible aux avocats

C’est le nouveau dispositif d’épargne retraite accessible à tous, sans condition de statut, d’âge ou de revenu. Le Plan Epargne Retraite (PER) est LE placement financier incontournable pour anticiper l’après. Introduit par la loi Pacte en 2019, il est venu remplacer ses ancêtres, les contrats PERP, PERCO, article 83 et surtout le contrat loi Madelin, que connaissent bien les avocats. 

En plus d’être simplifié et adapté à tous, le PER est un placement fiscalement avantageux puisqu’il est possible de déduire de ses revenus imposables le montant de ses versements. Un bon moyen d’inciter les avocats, réputés pour être de gros contribuables, à épargner pour anticiper la retraite !

Assurance-Vie : l’épargne au soutien de la retraite

Autre solution d’épargne incontournable qui permet de préparer l’avenir : l’Assurance-vie. C’est d’ailleurs le placement préféré des français. Investissement « couteau-suisse », elle a l’intérêt d’être multifonctions. Aussi adaptée pour la retraite, que pour l’anticipation des risques de la vie ou la transmission de son patrimoine à sa succession, l’Assurance-Vie est le placement complémentaire parfait pour renforcer son plan d’épargne retraite.

Avocats : valorisez votre clientèle…

Il est un autre moyen de s’offrir une retraite paisible. Une astuce que l’on a tendance à oublier. Avocats : la retraite se calcule aussi à la hauteur de ce que vaut votre clientèle. Qu’il s’agisse de parts sociales d’un cabinet d’avocats ou de sa renommée personnelle, une clientèle a de la valeur !

Anticiper sa retraite future, c’est donc tout mettre en œuvre pour développer sa clientèle. Eh oui, on a tendance à l’oublier, mais c’est la clientèle d’un cabinet qui permet d’estimer la valeur de son travail au jour où l’on cède ses parts. Or, c’est bien souvent à la veille du passage à la retraite que l’on songe à tout cela… Avocats, n’oubliez donc pas de miser sur votre clientèle, elle vaut de l’or ! 

Quand s’appliquera la réforme des retraites pour les avocats ?

Depuis le 18 juillet 2019, jour du dépôt de son rapport au Premier Ministre par le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, le projet n’a pas beaucoup évolué… Passé en force en mars 2020 à l’Assemblée Nationale sous l’impulsion de l’article 49.3, il a été stoppé net avec l’arrivée de la Covid-19. Depuis, c’est le sujet épineux que peine à aborder le gouvernement, à l’aube de l’ouverture de la campagne présidentielle…

Mais un récent rapport remis au Président de la République a redonné un élan au projet. Rédigé par deux économistes de renom, le prix Nobel Jean Tirole et Olivier Blanchard, il invite l’exécutif à « agir vite ». 

Passera, passera pas ? À ce jour, bien malin qui peut prédire de l’avenir de cette réforme. Néanmoins, rassurez-vous il semble peu probable qu’elle ne passe d’ici la fin du quinquennat. La tendance semble plutôt à l’accalmie passagère, la priorité étant toujours donnée à la gestion de l’épidémie et la remise en route de l’économie. En attendant d’être fixé, un bon conseil : prenez les devants et placez votre retraite entre de bonnes mains !

En résumé :

– Le système actuel de retraites a vocation à être simplifié et uniformisé- La réforme des retraites pour les avocats prévoit l’absorption dans le régime universel du régime autonome des avocats, une hausse des cotisations de 14 à 28%, la baisse des pensions, la fin des avantages liés au principe de solidarité professionnelle 
– Dans ce contexte plus qu’incertain, il est préférable de miser sur l’épargne retraite individuelle qui, seule, garantit une retraite sereine et confortable.