[Webinar] Les clés pour construire une prise de parole qui vous ressemble

10 mai 2021 Événements Par:

I. Le replay

⚖️ Défendre et convaincre sont vos deux plus gros enjeux en tant qu’avocat. Pour y parvenir, il convient de maîtriser votre prise de parole et d’identifier le mode d’expression dans lequel vous vous sentez le mieux. Êtes-vous prêt à relever le défi ?

📌 Les points abordés lors de ce webinar

  • la maîtrise de la prise de parole pour être plus efficace en rendez-vous client, lors d’un évènement, en plaidoirie, etc. ;
  • quelques clés pour gérer son du trac ;
  • capitaliser sur l’écoute, nécessaire lors d’un échange ;
  • la gestion des émotions pour convaincre.

🔎 Qui est Bruno Biezunski ?

Après des années en tant que directeur du développement dans une agence de pub, dans les années 90, Bruno Biezunski décide de répondre à sa passion de la scène et change de vie pour en commencer une deuxième.

Sa formation s’est partagée entre Alain Knapp, Jean-Paul Denizon (comédien de Peter Brook) et Yves Pignot. Formateur depuis 25 ans, il sait construire des programmes de formation qui utilisent les outils des comédiens au service des professionnels notamment pour les avocats et chefs d’entreprise.

À ce jour, plus de 15 000 personnes ont été formées par Bruno Biezunski.

II. L’essentiel à retenir

Comme l’a dit Honoré Daumier “Vous avez perdu votre procès, mais vous avez éprouvé bien du plaisir à m’entendre plaider”. 

Partez toujours de vos atouts pour maîtriser une prise de parole qui vous ressemble et ainsi éprouver du plaisir lors de vos différentes prises de paroles !

1) Comprendre le trac

Pour bien gérer vos communications, il vous faut impérativement gérer votre trac. Le trac provient d’un sentiment de manque :

  • de préparation,
  • d’assurance face à la nouveauté,
  • de confiance en vous,
  • d’être moins bon que son contradicteur.

Celui-ci ne doit pas vous arrêter. Au contraire, il doit être une source d’énergie. En effet, le trac s’arrête dès que vous commencez votre prise de parole. 

Le processus de malaise s’active dès lorsque l’on sort de sa zone de confort.

Mettez des termes sur vos peurs pour pouvoir les appréhender et les traiter.

Avez-vous peur de l’échec ? Avez-vous peur d’être jugé(e) ? 

Votre stress causé par vos peurs nuira à l’estime de vous-même, il convient donc d’en comprendre le mécanisme.

Illustration du cercle vicieux du trac

2) Quelques outils pour lutter contre le trac

a) La gestion de la respiration

Gérer votre respiration va vous permettre :

  • d’oxygéner le cerveau et donc laisser de la place au cerveau de réfléchir,
  • de baisser votre fréquence cardiaque,
  • de se débarrasser des tensions,
  • de donner un rythme à votre discours et donner. 

N’hésitez pas à montrer vos émotions qui ne sont pas des signes de faiblesses ! De plus, une respiration maîtrisée donnera du poids à votre discours que ce soit face à un client ou en plaidoirie.

Exercice 1 : Travailler sa respiration

Le but est de vous mettre dans une situation qui est confortable pour vous.

Lisez à haute voix ce texte. Tentez de lire le plus possible, en une seule respiration. Dès que vous reprenez une inspiration, vous arrêtez.

Exercice de respiration
Extrait de “L’univers est dans la pomme” de Marc Favereau
Exercice 2 : La cohérence cardiaque

Cet exercice vous permet de maîtriser vos réactions physiologiques que vous pouvez ressentir lors d’une prise de parole.

Illustration de la cohérence cardiaque
Exercice 3 : Le lâcher-prise

Que ce soit en rendez-vous clients ou en plaidoiries, il est nécessaire de vous détendre en amont du rendez-vous. Quel que soit ce qui vous arrive, affichez un sourire de vainqueur comme Harvey Specter dans la série ”Suits”.

Voici un exercice, qui fait travailler l’ensemble du corps, à réaliser assis, proposé par Bruno Biezunski :

Préparation 

Si vous êtes devant l’ordinateur ou assis à votre bureau, tournez-vous afin de ne pas faire face à votre travail. 

Appuyez votre dos droit contre le dossier de votre chaise, les pieds à plat sur le sol et les mains sur les cuisses.

Lorsqu’on vous demandera de maintenir une pose, faites-le pendant 5 secondes avant de relâcher les muscles avec lenteur.

Respiration 

Fermez les yeux. Inspirez lentement par le nez, en comptant jusqu’à 5 puis retenez votre souffle pour cinq autres secondes. Expirez lentement, en comptant à nouveau jusqu’à cinq.

Répétez l’exercice entre chaque étirement. 

Les jambes 

Contractez les orteils et tendez les muscles des jambes et des cuisses. Sentez la tension et maintenez la pose. Relâchez.

Étirez ensuite vos jambes devant vous, en n’appuyant que les talons au plancher. Pointez vos orteils vers l’avant puis tirez les vers vous, en comptant toujours jusqu’à 5. 

L’abdomen 

En restant assis bien droit, contractez vos muscles abdominaux. Cela devrait vous forcer à retenir votre respiration. Maintenez la pose puis détendez les muscles tout en expirant. 

Les bras 

Contractez les muscles des bras et des mains en serrant les poings. Vos bras peuvent être tendus devant vous si l’espace le permet ou simplement le long de votre corps. Conservez la pose puis détendez les muscles. 

Enfin, faites rouler vos poignets en ouvrant et en fermant les doigts. 

Les épaules 

Contractez le haut du dos en tirant les épaules vers l’arrière comme si vous essayiez de faire toucher vos omoplates. Tenez la pose puis relâchez.

Contractez vos épaules en les soulevant vers les oreilles comme si vous haussiez les épaules et tenez la pose avant de relâcher lentement.

Raidissez votre cou en penchant lentement la tête vers l’arrière. Détendez les muscles lentement.

Refaites cet étirement en penchant le cou vers l’avant, vers la droite et vers la gauche. 

Le visage 

Ouvrez d’abord grand la bouche. Tenez, puis relâchez.

Soulevez ensuite les sourcils vers le haut. Puis relâchez.

Enfin, fermez les yeux avec force. Relâchez. 

b) La visualisation positive

Cette visualisation positive vous permettra de créer de la dopamine qui vous donne du plaisir. N’hésitez pas :

  • à penser à ce que vous ressentirez quand vos clients vous faciliteront,
  • et à imaginer ce que vous “gagnez” à la fin de votre plaidoirie.

c) L’écoute

L’écoute est un moment de confort pour vous, capitaliser sur celle-ci et pensez à reformuler ou synthétiser les éléments de langage de votre interlocuteur. 

Illustration "Écouter, reformuler, synthétiser"